drome-portdeplaisance.com
Nouvelles recettes

Naomi Pomeroy : le point de vue d'un chef de Portland, partie 2

Naomi Pomeroy : le point de vue d'un chef de Portland, partie 2


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Vivant, exubérant et articulé : il est facile de tomber sous le charme de talentueuse chef et propriétaire Naomi Pomeroy du restaurant Beast et du bar Expatriate à Portland, Oregon. Sans aucun tatouage ni veste de chef, elle m'a joyeusement informé qu'elle ne se ferait pas prendre à en porter un. Il est difficile d'imaginer la jolie femme aux yeux bleus derrière un poêle chaud, dépeçant un cochon (oui, elle est connue pour le faire) ou en tant que chef, en particulier celle qui a reçu le prestigieux prix du meilleur chef de la James Beard Foundation dans le nord-ouest en 2014. Ses apparitions dans Top Chef Masters, Knife Fight et The Taste sur ABC ont fait d'elle un visage familier dans tout le pays et ont enrichi sa base de fans.

On parle de femmes qui ne reçoivent pas leur dû dans l'industrie, mais les femmes aident-elles d'autres femmes ?
Je pense que oui. Dominique Crenn a récemment répondu à un chef britannique qui a fait des remarques misogynes sur les femmes dans l'industrie. Je suis tout à fait d'accord avec elle sur la façon dont nous sommes tous fatigués de la question du genre. Nous voulons être appelés chefs, point final.

Êtes-vous favorable à des récompenses telles que la meilleure femme chef de l'année par World 50 Best ?
Non, je ne le suis pas totalement, car à un certain niveau, ces récompenses divisent. Pour moi, la raison pour laquelle il est toujours important de parler de cette question est qu'il y a encore des aspects sur lesquels nous devons nous concentrer. Ce que j'aime dans ces prix, c'est que c'est très inspirant pour les filles qui grandissent de voir les femmes aux postes de pouvoir et direction. Cela est vrai pour n'importe quelle industrie. Je pense que les femmes ont des compétences que les hommes n'ont pas, il est scientifiquement prouvé que les femmes sont supérieures au multitâche. J'ai parlé récemment de la façon dont les femmes ont un seuil de douleur plus élevé que les hommes. C'est un travail difficile quel que soit le sexe, et bien qu'il y ait beaucoup de bizutage, etc., la situation est en train de changer.

Quelle autonomie accordez-vous aux chefs qui travaillent sous vos ordres et qui a le dernier mot ?
Dans ma propre entreprise, cette mentalité descendante est en train de changer et nous commençons à travailler en communauté. Les chefs s'appuient sur les chefs de cuisine et les sous-chefs pour leur créativité et leurs idées qu'ils soient hommes ou femmes. C'est une question de travail d'équipe et plus nous dissipons le mythe de l'homme derrière le rideau, mieux c'est. J'embauche des gens sur la base du mérite et il y a quelques années, j'avais toutes des femmes cuisinières parce que les femmes venaient pour les emplois. Maintenant, j'ai un chef de cuisine masculin qui a tendance à attirer plus d'hommes en cuisine.

Je me fiche de leur sexe tant qu'ils sont talentueux, travailleurs, généreux et motivés. Récemment, j'ai travaillé à développer des relations avec des personnes qui travaillent avec moi et mettent ma marque sur leurs idées, afin qu'elles soient toujours authentiques pour ma nourriture. Il a apporté une fraîcheur et une nouveauté de la part des plus jeunes membres de l'équipe. Je sens que j'ai mon style, mais pour que les gens reviennent pour notre menu composé de six plats, nous devons constamment évoluer. J'ai remis certains des écrous et des boulons à d'autres personnes.

Cette délégation a-t-elle été facile ?
Oh mon Dieu non ! Je l'apprends petit à petit. Pendant sept ans, j'étais au restaurant tous les soirs et maintenant, même si la créativité continue de couler, je peux faire tellement d'autres choses comme écrire et voyager. J'ai commencé à faire davantage confiance aux gens et c'était effrayant au début. Maintenant, ils savent que je ferai de mon mieux pour eux et ils savent que je les soutiendrai. Il n'y a pas de lutte de pouvoir. Il s'agit de préparer la meilleure nourriture et de prendre soin de nos clients. Si un serveur ou un cuisinier a une bonne idée, je suis toujours prêt à l'étudier. Ils se sentent connectés et ont une raison de rester.

Votre cuisine a-t-elle changé au fil des ans, et dans quelle direction vous dirigez-vous maintenant ?
Je n'ai pas de formation professionnelle. J'ai commencé à cuisiner parce qu'une fois que vous avez le virus et la passion, vous ne pouvez plus vous en débarrasser. Ça va sortir quelque part, soit votre famille va très bien manger, soit vous comprendrez comment en faire une entreprise. J'ai d'abord développé une passion pour la cuisine lors de mes voyages, même petite fille avec ma mère et ma grand-mère. J'étais en Inde pendant un an pour un projet universitaire sur la cuisine, puis j'ai voyagé en Asie du Sud-Est après avoir obtenu mon diplôme universitaire. Alors oui, ma nourriture a évolué depuis l'époque où j'avais ma société de restauration.

Ensuite, j'ai commencé à développer et à apprendre plus de techniques de français auprès de ma mère. Je lisais et apprenais de Jacque Pepin et Les classiques de Julia Child et les a utilisés comme guide pour aider à créer la nourriture à Beast. Je ne peux pas dire que je cuisine vraiment comme le feraient des maîtres français, mais c'est ma propre théorie de la cuisine classique. Ma cuisine a changé plus récemment lorsque j'ai ouvert mon bar à cocktails en face de Beast. J'ai beaucoup de nourriture là-bas qui rappelle les saveurs de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est, même dans nos cocktails.

J'ai récemment beaucoup voyagé au Japon et mon prochain projet sera basé sur cette cuisine. Il se concentrera davantage sur les aliments japonais que vous ne voyez pas beaucoup ici. Nous voyons des sushis et des ramen partout, mais je vais me concentrer sur le curry japonais et le soba froid. Je joue donc plus maintenant, après neuf ans passés chez Beast. Mon chef de cuisine fait un excellent travail de gestion du restaurant. Il est plus jeune, avec un grand œil pour des choses comme le placage.

Êtes-vous enthousiaste à l'idée de participer aux Beard Awards à Chicago cette année ?
J'ai remporté le prix l'année dernière à New York et je n'ai pas été à l'événement à Chicago et j'ai donc vraiment hâte d'y aller. Je vais cuisiner ce soir-là et le thème de cette année est la nourriture à la télévision et nous avons dû choisir un personnage de télévision et de la nourriture en rapport avec eux. J'ai choisi Sam le boucher du Brady Bunch, et mon chef de cuisine était du genre "Quoi ?, Qui ?", il est probablement trop jeune pour connaître cette émission. Nous faisons un pain de viande de porc de ce célèbre épisode de la série quand ils sont allés à Hawaï. Il y aura une délicieuse salsa/chutney d'ananas dessus.

Avez-vous envisagé de faire votre propre émission à la télévision?
On parle d'animer une émission car j'aime beaucoup travailler à la télévision. Je le fais depuis tant d'années et je me fiche de la mauvaise réputation des chefs qui font des émissions de télévision, surtout depuis que j'ai quarante ans. Je ne regarde pas beaucoup la télévision moi-même, mais j'apprécie le processus et l'opportunité de rencontrer et d'apprendre à connaître les gens avec qui vous participez à l'émission. Quand j'ai fait le goût, j'ai pu traîner avec Antoine Bourdain et Nigella Lawson. C'était super et en plus ça ne fait pas de mal de faire la promotion du restaurant. La publicité gratuite est donc intégrée. J'aime parler en public et être devant les caméras.

Une fois que vous atteignez un certain niveau de succès ou de célébrité, avez-vous peur de perdre cette place ou cette reconnaissance ?
Il y a cette peur ou cette question sur la façon de rester pertinent, mais je ne la décrirais pas comme une peur ; au moins pour moi c'est un facteur de motivation. Cela ne semble pas intimidant, mais plutôt un endroit où je veux m'élever. Ce qui est cool, c'est qu'à chaque fois que je commence à ressentir ça, quelque chose de vraiment cool m'arrive, comme par exemple être invité à aller à Hong Kong avec le Département d'État ou je suis invité à la Maison Blanche.

Pourquoi les restaurants américains restent-ils pertinents pendant une période plus courte par rapport à ceux d'autres cultures culinaires ?
L'une des raisons les plus évidentes à cela est notre société. Culturellement, les Américains aiment passer d'une chose à l'autre et c'est de pire en pire. Nous n'avons pas une attitude très patiente et les gens ne prennent pas la peine d'établir des liens très profonds à un niveau émouvant. C'est une mentalité de tout essayer une seule fois et ils manquent d'établir un lien réel avec un chef ou un restaurant. Au Japon par exemple, il y a un échange de gratitude entre le chef et les clients qui est très satisfaisant pour les deux parties.

Comment s'est passée votre expérience culinaire au restaurant JBF à l'Expo de Milan l'année dernière ?
C'était tellement cool, surtout de pouvoir faire un voyage en Italie. C'était un court voyage mais j'ai pris le temps de visiter des producteurs de balsamiques que j'aime beaucoup à San Giacomo. J'aime les échanges culturels à tous les niveaux et c'est aussi une chance de m'instruire.

Quelle est la taille optimale d'un restaurant, car Beast n'a que 24 places assises ?
Pour nous, c'est une bonne taille pour ce que nous faisons chez Beast et je n'ai pas d'expérience dans des endroits plus grands. Un chef comme Andrew Carmellini qui a plus d'expérience peut répondre à cela. Mon prochain projet sera plus accessible et plus rapide et décontracté comme l'a fait David Chang. Il a également expliqué comment les chefs doivent diversifier leurs portefeuilles. J'ai un haut de gamme, un bar à cocktails et mon prochain aura une ambiance plus large. Les attentes des gens pour ce qu'ils peuvent obtenir à un certain prix sont très incontrôlables. Les gens peuvent se plaindre de venir à Per Se pour 300 $ et c'est scandaleux parce que le niveau de service auquel ils s'attendent et la nourriture qui est servie dans un endroit comme celui-ci demande beaucoup de travail. David Chang a déclaré que s'il facturait autant qu'il le devrait pour son bol de ramen, cela coûterait 27 $ le bol.

Toute cette conversation évolue à grande échelle, et bien que le changement ne se soit pas encore produit, il est à venir et les restaurateurs le savent. Tout le monde doit gagner sa vie dans cette entreprise et les Américains vont devoir payer plus cher pour cela. Nous semblons avoir des attentes irréalistes quant au montant que nous devrions payer pour la nourriture.

Pour plus d'informations sur les restaurants et les voyages à Portland, cliquez ici.


Comment un chef a rompu ses habitudes alimentaires de fin de soirée

Chef Naomi Pomeroy est peut-être connue pour son restaurant français haut de gamme, Beast, à Portland, dans l'Oregon, mais ses habitudes alimentaires quotidiennes sont davantage axées sur les légumes frais que sur la charcuterie maison. Ici, le chef et auteur du nouveau livre de cuisine Goût & Technique raconte comment elle en est venue à adopter une philosophie saine dans sa cuisine familiale.

« J'ai grandi en mangeant des aliments vraiment sains. Ma mère préparait une salade à chaque repas et nous n'avions pas de sucre raffiné ni de pain blanc à la maison. J'étais en fait végétarien lorsque j'ai commencé à me lancer dans la cuisine à l'université, et la plupart des livres de cuisine que j'ai appris se sont orientés vers les aliments sains, des trucs comme le Livre de cuisine de Moosewood et Deborah Madison Cuisine végétarienne pour tous. J'ai toujours été obsédé par les produits. En fait, je n'ai même pas mangé de viande jusqu'à ce que je crée une entreprise de restauration et j'ai dû la goûter pour pouvoir la cuisiner correctement.

Quand Beast a ouvert, j'étais toujours trop occupé pour manger un vrai repas. Une grande partie de mes repas se sont produits lorsque le restaurant était fermé, en dehors des heures d'ouverture et dans les bars, il y avait donc beaucoup de tater tots et de mini chiens de maïs avec une vinaigrette Ranch autour. Je mangeais de la poutine à 2 heures du matin et je la lavais avec du bourbon. J'avais l'impression que je pouvais manger n'importe quoi, n'importe quand, et cela n'avait aucun effet réel sur mon corps. Je n'ai jamais eu la gueule de bois et je n'ai pas pris de poids.

Mais, après quelques années, j'ai commencé à avoir moins chaud quand j'avais des nuits comme ça. Je pense que c'est assez normal - avec le temps, votre métabolisme change et vous n'êtes plus aussi résistant qu'avant. Je sais que j'ai l'air d'une vieille dame, mais ça arrive. Vous ne pourrez peut-être pas contrôler le processus de vieillissement, mais vous pouvez contrôler ce que vous mettez dans votre système et l'effet qu'il a sur votre bien-être.

Naomi Pomeroy est connue pour la cuisine centrée sur la viande dans son restaurant, Beast.

Il y a environ deux ans, j'ai créé un compte Instagram appelé @othersideofthesword, en partie pour me suivre et en partie parce que je pensais que les gens pourraient être surpris ou inspirés par la façon dont je mangeais en privé. Manger sainement peut parfois sembler insatisfaisant. Mais je voulais montrer aux gens que vous pouvez préparer des aliments sains qui sont toujours très savoureux, satisfaisants et beaux. Nous mangeons tous avec nos yeux, et parfois les aliments sains sont pris au dépourvu lorsque nous parlons de l'apparence des aliments. Je suis un chef, je pense à ce genre de choses, peu importe ce que je mange. Vous pouvez toujours être prudent avec ce genre de nourriture, la garnir et la rendre jolie.

Je ne suis pas un régime particulier, mais maintenant je me sens mieux lorsque je mange principalement des aliments à base de plantes avec des grains entiers et des protéines. J'ai essayé de réduire les glucides, mais, bien que cela puisse fonctionner pour perdre du poids, j'ai décidé qu'au lieu de me concentrer sur ma maigreur, je veux me concentrer sur mon bien-être. J'essaie de manger trois repas par jour, de contrôler mes portions et de m'assurer qu'elles sont équilibrées avec beaucoup de couleurs et un peu de viande.

Les week-ends sont peut-être un peu plus indulgents, mais j'essaie de limiter mes grosses soirées à manger et à boire à deux jours par semaine et de garder les autres jours assez propres. Cela signifie en partie manger un petit-déjeuner équilibré, aller à la salle de sport et essayer de ne pas manger après 20 heures environ. J'ai mangé beaucoup plus que d'habitude, ce qui me fait me sentir un peu à l'écart de la scène du restaurant, mais finalement, je me sens en meilleure santé lorsque je cuisine à la maison.

J'ai toujours eu une sorte d'approche zen des ingrédients - quand je vois tous ces beaux produits au marché fermier avec ces couleurs, textures et saveurs vibrantes, je ressens cette appréciation sauvage de la nature, et je ne veux pas couvrir ça monte. Je veux juste le laisser être lui-même. Je suis allé au Japon l'année dernière et j'ai adoré la façon simple et élégante dont ils commencent la journée, avec des ingrédients qui semblent propres, comme du poisson et du riz. Au début, je pensais que faire un bol de petit-déjeuner d'inspiration japonaise à la maison serait trop de travail, mais j'ai réalisé que je pouvais utiliser du poisson pré-fumé, alors il ne me reste plus qu'à faire cuire un peu de riz, pocher un œuf , et ajoutez cette vinaigrette que je garde au frigo. Les légumes sont tous totalement interchangeables selon ce que vous avez, alors n'hésitez pas à faire preuve de créativité.


Comment un chef a rompu ses habitudes alimentaires de fin de soirée

Chef Naomi Pomeroy est peut-être connue pour son restaurant français haut de gamme, Beast, à Portland, dans l'Oregon, mais ses habitudes alimentaires quotidiennes sont davantage axées sur les légumes frais que sur la charcuterie maison. Ici, le chef et auteur du nouveau livre de cuisine Goût & Technique raconte comment elle en est venue à adopter une philosophie saine dans sa cuisine familiale.

« J'ai grandi en mangeant des aliments vraiment sains. Ma mère préparait une salade à chaque repas et nous n'avions pas de sucre raffiné ni de pain blanc à la maison. J'étais en fait végétarien lorsque j'ai commencé à me lancer dans la cuisine à l'université, et la plupart des livres de cuisine que j'ai appris se sont orientés vers les aliments sains, des trucs comme le Livre de cuisine de Moosewood et Deborah Madison Cuisine végétarienne pour tous. J'ai toujours été obsédé par les produits. En fait, je n'ai même pas mangé de viande jusqu'à ce que je crée une entreprise de restauration et j'ai dû la goûter pour pouvoir la cuisiner correctement.

Quand Beast a ouvert, j'étais toujours trop occupé pour manger un vrai repas. Une grande partie de mes repas se sont produits lorsque le restaurant était fermé, en dehors des heures d'ouverture et dans les bars, il y avait donc beaucoup de tater tots et de mini chiens de maïs avec une vinaigrette Ranch autour. Je mangeais de la poutine à 2 heures du matin et je la lavais avec du bourbon. J'avais l'impression que je pouvais manger n'importe quoi, n'importe quand, et cela n'avait aucun effet réel sur mon corps. Je n'ai jamais eu la gueule de bois et je n'ai pas pris de poids.

Mais, après quelques années, j'ai commencé à avoir moins chaud quand j'avais des nuits comme ça. Je pense que c'est assez normal - avec le temps, votre métabolisme change et vous n'êtes plus aussi résistant qu'avant. Je sais que j'ai l'air d'une vieille dame, mais ça arrive. Vous ne pourrez peut-être pas contrôler le processus de vieillissement, mais vous pouvez contrôler ce que vous mettez dans votre système et l'effet qu'il a sur votre bien-être.

Naomi Pomeroy est connue pour la cuisine centrée sur la viande dans son restaurant, Beast.

Il y a environ deux ans, j'ai créé un compte Instagram appelé @othersideofthesword, en partie pour me suivre et en partie parce que je pensais que les gens pourraient être surpris ou inspirés par la façon dont je mangeais en privé. Manger sainement peut parfois sembler insatisfaisant. Mais je voulais montrer aux gens que vous pouvez préparer des aliments sains qui sont toujours très savoureux, satisfaisants et beaux. Nous mangeons tous avec nos yeux, et parfois les aliments sains sont pris au dépourvu lorsque nous parlons de l'apparence des aliments. Je suis un chef, je pense à ce genre de choses, peu importe ce que je mange. Vous pouvez toujours être prudent avec ce genre de nourriture, la garnir et la rendre jolie.

Je ne suis pas un régime particulier, mais maintenant je me sens mieux quand je mange principalement des aliments à base de plantes avec des grains entiers et des protéines. J'ai essayé de réduire les glucides, mais, bien que cela puisse fonctionner pour perdre du poids, j'ai décidé qu'au lieu de me concentrer sur ma maigreur, je veux me concentrer sur mon bien-être. J'essaie de manger trois repas par jour, de contrôler mes portions et de m'assurer qu'elles sont équilibrées avec beaucoup de couleurs et un peu de viande.

Les week-ends sont peut-être un peu plus indulgents, mais j'essaie de limiter mes grosses soirées à manger et à boire à deux jours par semaine et de garder les autres jours assez propres. Cela signifie en partie manger un petit-déjeuner équilibré, aller à la salle de sport et essayer de ne pas manger après 20 heures environ. J'ai mangé beaucoup plus que d'habitude, ce qui me fait me sentir un peu à l'écart de la scène du restaurant, mais finalement, je me sens en meilleure santé lorsque je cuisine à la maison.

J'ai toujours eu une sorte d'approche zen des ingrédients - quand je vois tous ces beaux produits au marché fermier avec ces couleurs, textures et saveurs vibrantes, je ressens cette appréciation sauvage de la nature, et je ne veux pas couvrir ça monte. Je veux juste le laisser être lui-même. Je suis allé au Japon l'année dernière et j'ai adoré la façon simple et élégante dont ils commencent la journée, avec des ingrédients qui semblent propres, comme du poisson et du riz. Au début, je pensais que faire un bol de petit-déjeuner d'inspiration japonaise à la maison serait trop de travail, mais j'ai réalisé que je pouvais utiliser du poisson pré-fumé, alors il ne me reste plus qu'à faire cuire un peu de riz, pocher un œuf , et ajoutez cette vinaigrette que je garde au frigo. Les légumes sont tous totalement interchangeables selon ce que vous avez, alors n'hésitez pas à faire preuve de créativité.


Comment un chef a rompu ses habitudes alimentaires de fin de soirée

Chef Naomi Pomeroy est peut-être connue pour son restaurant français haut de gamme, Beast, à Portland, dans l'Oregon, mais ses habitudes alimentaires quotidiennes sont davantage axées sur les légumes frais que sur la charcuterie maison. Ici, le chef et auteur du nouveau livre de cuisine Goût & Technique raconte comment elle en est venue à adopter une philosophie saine dans sa cuisine familiale.

« J'ai grandi en mangeant des aliments vraiment sains. Ma mère préparait une salade à chaque repas et nous n'avions pas de sucre raffiné ni de pain blanc à la maison. J'étais en fait végétarien lorsque j'ai commencé à me lancer dans la cuisine à l'université, et la plupart des livres de cuisine que j'ai appris se sont orientés vers les aliments sains, des trucs comme le Livre de cuisine de Moosewood et Deborah Madison Cuisine végétarienne pour tous. J'ai toujours été obsédé par les produits. En fait, je n'ai même pas mangé de viande jusqu'à ce que je crée une entreprise de restauration et j'ai dû la goûter pour pouvoir la cuisiner correctement.

Quand Beast a ouvert, j'étais toujours trop occupé pour manger un vrai repas. Beaucoup de mes repas se sont produits lorsque le restaurant était fermé, en dehors des heures d'ouverture et dans les bars, il y avait donc beaucoup de tater tots et de mini chiens de maïs avec une vinaigrette Ranch autour. Je mangeais de la poutine à 2 heures du matin et je la lavais avec du bourbon. J'avais l'impression que je pouvais manger n'importe quoi, n'importe quand, et cela n'avait aucun effet réel sur mon corps. Je n'ai jamais eu la gueule de bois et je n'ai pas pris de poids.

Mais, après quelques années, j'ai commencé à avoir moins chaud quand j'avais des nuits comme ça. Je pense que c'est assez normal - avec le temps, votre métabolisme change et vous n'êtes plus aussi résistant qu'avant. Je sais que j'ai l'air d'une vieille dame, mais ça arrive. Vous ne pourrez peut-être pas contrôler le processus de vieillissement, mais vous pouvez contrôler ce que vous mettez dans votre système et l'effet qu'il a sur votre bien-être.

Naomi Pomeroy est connue pour la cuisine centrée sur la viande dans son restaurant, Beast.

Il y a environ deux ans, j'ai créé un compte Instagram appelé @othersideofthesword, en partie pour me suivre et en partie parce que je pensais que les gens pourraient être surpris ou inspirés par la façon dont je mangeais en privé. Manger sainement peut parfois sembler insatisfaisant. Mais je voulais montrer aux gens que vous pouvez préparer des aliments sains qui sont toujours très savoureux, satisfaisants et beaux. Nous mangeons tous avec nos yeux, et parfois les aliments sains sont pris au dépourvu lorsque nous parlons de l'apparence des aliments. Je suis un chef, je pense à ce genre de choses, peu importe ce que je mange. Vous pouvez toujours être prudent avec ce genre de nourriture, la garnir et la rendre jolie.

Je ne suis pas un régime particulier, mais maintenant je me sens mieux quand je mange principalement des aliments à base de plantes avec des grains entiers et des protéines. J'ai essayé de réduire les glucides, mais, bien que cela puisse fonctionner pour perdre du poids, j'ai décidé qu'au lieu de me concentrer sur ma maigreur, je veux me concentrer sur mon bien-être. J'essaie de manger trois repas par jour, de contrôler mes portions et de m'assurer qu'elles sont équilibrées avec beaucoup de couleurs et un peu de viande.

Les week-ends sont peut-être un peu plus indulgents, mais j'essaie de limiter mes grosses soirées à manger et à boire à deux jours par semaine et de garder les autres jours assez propres. Cela signifie en partie manger un petit-déjeuner équilibré, aller à la salle de sport et essayer de ne pas manger après 20 heures environ. J'ai mangé beaucoup plus que d'habitude, ce qui me fait me sentir un peu à l'écart de la scène du restaurant, mais finalement, je me sens en meilleure santé lorsque je cuisine à la maison.

J'ai toujours eu une sorte d'approche zen des ingrédients - quand je vois tous ces beaux produits au marché fermier avec ces couleurs, textures et saveurs vibrantes, je ressens cette appréciation sauvage de la nature, et je ne veux pas couvrir ça monte. Je veux juste le laisser être lui-même. Je suis allé au Japon l'année dernière et j'ai adoré la façon simple et élégante dont ils commencent la journée, avec des ingrédients qui semblent propres, comme du poisson et du riz. Au début, je pensais que faire un bol de petit-déjeuner d'inspiration japonaise à la maison serait trop de travail, mais j'ai réalisé que je pouvais utiliser du poisson pré-fumé, alors il ne me reste plus qu'à faire cuire un peu de riz, pocher un œuf , et ajoutez cette vinaigrette que je garde au frigo. Les légumes sont tous totalement interchangeables selon ce que vous avez, alors n'hésitez pas à faire preuve de créativité.


Comment un chef a rompu ses habitudes alimentaires de fin de soirée

Chef Naomi Pomeroy est peut-être connue pour son restaurant français haut de gamme, Beast, à Portland, dans l'Oregon, mais ses habitudes alimentaires quotidiennes sont davantage axées sur les légumes frais que sur la charcuterie maison. Ici, le chef et auteur du nouveau livre de cuisine Goût & Technique raconte comment elle en est venue à adopter une philosophie saine dans sa cuisine familiale.

« J'ai grandi en mangeant des aliments vraiment sains. Ma mère préparait une salade à chaque repas et nous n'avions pas de sucre raffiné ni de pain blanc à la maison. J'étais en fait végétarien lorsque j'ai commencé à me lancer dans l'alimentation à l'université, et la plupart des livres de cuisine que j'ai appris se sont orientés vers les aliments sains, des trucs comme le Livre de cuisine de Moosewood et Deborah Madison Cuisine végétarienne pour tous. J'ai toujours été obsédé par les produits. En fait, je n'ai même pas mangé de viande jusqu'à ce que je crée une entreprise de restauration et j'ai dû la goûter pour pouvoir la cuisiner correctement.

Quand Beast a ouvert, j'étais toujours trop occupé pour manger un vrai repas. Une grande partie de mes repas se sont produits lorsque le restaurant était fermé, en dehors des heures d'ouverture et dans les bars, il y avait donc beaucoup de tater tots et de mini chiens de maïs avec une vinaigrette Ranch autour. Je mangeais de la poutine à 2 heures du matin et je la lavais avec du bourbon. J'avais l'impression que je pouvais manger n'importe quoi, n'importe quand, et cela n'avait aucun effet réel sur mon corps. Je n'ai jamais eu la gueule de bois et je n'ai pas pris de poids.

Mais, après quelques années, j'ai commencé à avoir moins chaud quand j'avais des nuits comme ça. Je pense que c'est assez normal - avec le temps, votre métabolisme change et vous n'êtes plus aussi résistant qu'avant. Je sais que j'ai l'air d'une vieille dame, mais ça arrive. Vous ne pourrez peut-être pas contrôler le processus de vieillissement, mais vous pouvez contrôler ce que vous mettez dans votre système et l'effet qu'il a sur votre bien-être.

Naomi Pomeroy est connue pour la cuisine centrée sur la viande dans son restaurant, Beast.

Il y a environ deux ans, j'ai créé un compte Instagram appelé @othersideofthesword, en partie pour me suivre et en partie parce que je pensais que les gens pourraient être surpris ou inspirés par la façon dont je mangeais en privé. Manger sainement peut parfois sembler insatisfaisant. Mais je voulais montrer aux gens que vous pouvez faire des aliments sains qui sont toujours très savoureux, satisfaisants et beaux. Nous mangeons tous avec nos yeux, et parfois les aliments sains sont pris au dépourvu lorsque nous parlons de l'apparence des aliments. Je suis un chef, je pense à ce genre de choses, peu importe ce que je mange. Vous pouvez toujours être prudent avec ce genre de nourriture, la garnir et la rendre jolie.

Je ne suis pas un régime particulier, mais maintenant je me sens mieux quand je mange principalement des aliments à base de plantes avec des grains entiers et des protéines. J'ai essayé de réduire les glucides, mais, bien que cela puisse fonctionner pour perdre du poids, j'ai décidé qu'au lieu de me concentrer sur ma maigreur, je veux me concentrer sur mon bien-être. J'essaie de manger trois repas par jour, de contrôler mes portions et de m'assurer qu'elles sont équilibrées avec beaucoup de couleurs et un peu de viande.

Les week-ends sont peut-être un peu plus indulgents, mais j'essaie de limiter mes grosses soirées à manger et à boire à deux jours par semaine et de garder les autres jours assez propres. Cela signifie en partie manger un petit-déjeuner équilibré, aller à la salle de sport et essayer de ne pas manger après 20 heures environ. J'ai mangé beaucoup plus que d'habitude, ce qui me fait me sentir un peu à l'écart de la scène du restaurant, mais finalement, je me sens en meilleure santé lorsque je cuisine à la maison.

J'ai toujours eu une sorte d'approche zen des ingrédients - quand je vois tous ces beaux produits au marché fermier avec ces couleurs, textures et saveurs vibrantes, je ressens cette appréciation sauvage de la nature, et je ne veux pas couvrir ça monte. Je veux juste le laisser être lui-même. Je suis allé au Japon l'année dernière et j'ai adoré la façon simple et élégante dont ils commencent la journée, avec des ingrédients qui semblent propres, comme du poisson et du riz. Au début, je pensais que faire un bol de petit-déjeuner d'inspiration japonaise à la maison serait trop de travail, mais j'ai réalisé que je pouvais utiliser du poisson pré-fumé, alors il ne me reste plus qu'à faire cuire un peu de riz, pocher un œuf , et ajoutez cette vinaigrette que je garde au frigo. Les légumes sont tous totalement interchangeables selon ce que vous avez, alors n'hésitez pas à faire preuve de créativité.


Comment un chef a rompu ses habitudes alimentaires de fin de soirée

Chef Naomi Pomeroy est peut-être connue pour son restaurant français haut de gamme, Beast, à Portland, dans l'Oregon, mais ses habitudes alimentaires quotidiennes sont davantage axées sur les légumes frais que sur la charcuterie maison. Ici, le chef et auteur du nouveau livre de cuisine Goût & Technique raconte comment elle en est venue à adopter une philosophie saine dans sa cuisine familiale.

« J'ai grandi en mangeant des aliments vraiment sains. Ma mère préparait une salade à chaque repas et nous n'avions pas de sucre raffiné ni de pain blanc à la maison. J'étais en fait végétarien lorsque j'ai commencé à me lancer dans l'alimentation à l'université, et la plupart des livres de cuisine que j'ai appris se sont orientés vers les aliments sains, des trucs comme le Livre de cuisine de Moosewood et Deborah Madison Cuisine végétarienne pour tous. J'ai toujours été obsédé par les produits. En fait, je n'ai même pas mangé de viande jusqu'à ce que je crée une entreprise de restauration et j'ai dû la goûter pour pouvoir la cuisiner correctement.

Quand Beast a ouvert, j'étais toujours trop occupé pour manger un vrai repas. Beaucoup de mes repas se sont produits lorsque le restaurant était fermé, en dehors des heures d'ouverture et dans les bars, il y avait donc beaucoup de tater tots et de mini chiens de maïs avec une vinaigrette Ranch autour. Je mangeais de la poutine à 2 heures du matin et je la lavais avec du bourbon. J'avais l'impression que je pouvais manger n'importe quoi, n'importe quand, et cela n'avait aucun effet réel sur mon corps. Je n'ai jamais eu la gueule de bois et je n'ai pas pris de poids.

Mais, après quelques années, j'ai commencé à avoir moins chaud quand j'avais des nuits comme ça. Je pense que c'est assez normal - avec le temps, votre métabolisme change et vous n'êtes plus aussi résistant qu'avant. Je sais que j'ai l'air d'une vieille dame, mais ça arrive. Vous ne pourrez peut-être pas contrôler le processus de vieillissement, mais vous pouvez contrôler ce que vous mettez dans votre système et l'effet qu'il a sur votre bien-être.

Naomi Pomeroy est connue pour la cuisine centrée sur la viande dans son restaurant, Beast.

Il y a environ deux ans, j'ai créé un compte Instagram appelé @othersideofthesword, en partie pour me suivre et en partie parce que je pensais que les gens pourraient être surpris ou inspirés par la façon dont je mangeais en privé. Manger sainement peut parfois sembler insatisfaisant. Mais je voulais montrer aux gens que vous pouvez préparer des aliments sains qui sont toujours très savoureux, satisfaisants et beaux. Nous mangeons tous avec nos yeux, et parfois les aliments sains sont pris au dépourvu lorsque nous parlons de l'apparence des aliments. Je suis un chef, je pense à ce genre de choses, peu importe ce que je mange. Vous pouvez toujours être prudent avec ce genre de nourriture, la garnir et la rendre jolie.

Je ne suis pas un régime particulier, mais maintenant je me sens mieux quand je mange principalement des aliments à base de plantes avec des grains entiers et des protéines. J'ai essayé de réduire les glucides, mais, bien que cela puisse fonctionner pour perdre du poids, j'ai décidé qu'au lieu de me concentrer sur ma maigreur, je veux me concentrer sur mon bien-être. J'essaie de manger trois repas par jour, de contrôler mes portions et de m'assurer qu'elles sont équilibrées avec beaucoup de couleurs et un peu de viande.

Les week-ends sont peut-être un peu plus indulgents, mais j'essaie de limiter mes grosses soirées à manger et à boire à deux jours par semaine et de garder les autres jours assez propres. Cela signifie en partie manger un petit-déjeuner équilibré, aller à la salle de sport et essayer de ne pas manger après 20 heures environ. J'ai mangé beaucoup plus que d'habitude, ce qui me fait me sentir un peu à l'écart de la scène du restaurant, mais finalement, je me sens en meilleure santé lorsque je cuisine à la maison.

J'ai toujours eu une sorte d'approche zen des ingrédients - quand je vois tous ces beaux produits au marché fermier avec ces couleurs, textures et saveurs vibrantes, je ressens cette appréciation sauvage de la nature, et je ne veux pas couvrir ça monte. Je veux juste le laisser être lui-même. Je suis allé au Japon l'année dernière et j'ai adoré la façon simple et élégante dont ils commencent la journée, avec des ingrédients qui se sentent simplement propres, comme le poisson et le riz. Au début, je pensais que faire un bol de petit-déjeuner d'inspiration japonaise à la maison serait trop de travail, mais j'ai réalisé que je pouvais utiliser du poisson pré-fumé, alors il ne me reste plus qu'à faire cuire un peu de riz, pocher un œuf , et ajoutez cette vinaigrette que je garde au frigo. Les légumes sont tous totalement interchangeables selon ce que vous avez, alors n'hésitez pas à faire preuve de créativité.


Comment un chef a rompu ses habitudes alimentaires de fin de soirée

Chef Naomi Pomeroy est peut-être connue pour son restaurant français haut de gamme, Beast, à Portland, dans l'Oregon, mais ses habitudes alimentaires quotidiennes sont davantage axées sur les légumes frais que sur la charcuterie maison. Ici, le chef et auteur du nouveau livre de cuisine Goût & Technique raconte comment elle en est venue à adopter une philosophie saine dans sa cuisine familiale.

« J'ai grandi en mangeant des aliments vraiment sains. Ma mère préparait une salade à chaque repas et nous n'avions pas de sucre raffiné ni de pain blanc à la maison. I was actually a vegetarian when I started getting into food in college, and most of the cookbooks I learned from veered toward health food—stuff like the Moosewood Cookbook and Deborah Madison’s Vegetarian Cooking for Everyone. I’ve always been obsessed with produce. In fact, I didn’t even eat meat until I started a catering company and had to taste it so I could cook it right.

When Beast opened, I was always too busy to eat a real meal. A lot of my eating happened when the restaurant was closed, after-hours and in bars, so there were a lot of tater tots and mini corn dogs with Ranch dressing around. I’d eat poutine at 2 a.m. and wash it down with bourbon. I felt like I could eat whatever, whenever, and it had no real effect on my body. I never got hangovers, and I didn’t gain weight.

But, after a few years, I began to feel not so hot when I had nights like that. I think it’s pretty normal—over time, your metabolism changes, and you’re not as resilient as you used to be. I know I sound like an old lady, but it just happens. You might not be able to control the process of aging, but you can control what you’re putting in your system and the effect it has on your wellbeing.

Naomi Pomeroy is known for meat-centric cooking at her restaurant, Beast.

About two years ago, I started an Instagram account called @othersideofthesword, partially to track myself and partially because I thought that people might be surprised or inspired by the way I was eating in private. Eating healthy can sometimes feel unfulfilling. But I wanted to show people that you can make healthy food that’s still really flavorful, satisfying, and beautiful. We all eat with our eyes, and sometimes healthy food gets the short end of the stick when we talk about how food looks. I’m a chef—I think about this stuff no matter what I’m eating. You can still be careful with this kind of food, garnish it, and make it look pretty.

I don’t follow a specific diet, but now I feel my best when I’m eating mostly plant-based foods with some whole grains and protein. I’ve experimented with cutting carbs, but, though it might work for weight loss, I’ve decided that instead of focusing on how skinny I am, I want to focus on how good I feel. I try to eat three meals a day, keep my portions in check, and make sure they’re balanced with a lot of colors and a little meat.

Weekends might be a little more indulgent, but I try to limit my big eating and drinking nights to two days a week and keep the other days pretty clean. Part of that means eating a balanced breakfast, going to the gym, and trying not to eat after about 8 p.m. I’ve been eating in a lot more than normal, which makes me feel a little out of the loop with the restaurant scene, but ultimately I just feel healthier when I’m cooking at home.

I have always had a sort of Zen-like approach to ingredients—when I see all this beautiful produce at the farmers market with these vibrant colors and textures and flavors, I feel this wild appreciation for nature, and I don’t want to cover that up. I just want to let it be itself. I went to Japan last year and loved the simple, elegant way they start their day, with ingredients that just feel clean, like fish and rice. I thought, at first, that making a Japanese-inspired breakfast bowl at home would be too much work, but then I realized I could use pre-smoked fish, so now all I have to do is cook a little rice, poach an egg, and add this vinaigrette I keep in the fridge. The vegetables are all totally interchangeable depending on what you have, so feel free to get creative.


How One Chef Broke Her Late-Night Eating Habits

Chef Naomi Pomeroy may be known for her upscale French restaurant, Beast, in Portland, Oregon, but her everyday eating habits veer more toward fresh greens than housemade charcuterie. Here, the chef and author of the new cookbook Taste & Technique talks about how she came to adopt a healthyish philosophy in her home kitchen.

“I grew up eating really healthy food. My mom made a salad with every meal, and we didn’t have refined sugar or white bread in the house. I was actually a vegetarian when I started getting into food in college, and most of the cookbooks I learned from veered toward health food—stuff like the Moosewood Cookbook and Deborah Madison’s Vegetarian Cooking for Everyone. I’ve always been obsessed with produce. In fact, I didn’t even eat meat until I started a catering company and had to taste it so I could cook it right.

When Beast opened, I was always too busy to eat a real meal. A lot of my eating happened when the restaurant was closed, after-hours and in bars, so there were a lot of tater tots and mini corn dogs with Ranch dressing around. I’d eat poutine at 2 a.m. and wash it down with bourbon. I felt like I could eat whatever, whenever, and it had no real effect on my body. I never got hangovers, and I didn’t gain weight.

But, after a few years, I began to feel not so hot when I had nights like that. I think it’s pretty normal—over time, your metabolism changes, and you’re not as resilient as you used to be. I know I sound like an old lady, but it just happens. You might not be able to control the process of aging, but you can control what you’re putting in your system and the effect it has on your wellbeing.

Naomi Pomeroy is known for meat-centric cooking at her restaurant, Beast.

About two years ago, I started an Instagram account called @othersideofthesword, partially to track myself and partially because I thought that people might be surprised or inspired by the way I was eating in private. Eating healthy can sometimes feel unfulfilling. But I wanted to show people that you can make healthy food that’s still really flavorful, satisfying, and beautiful. We all eat with our eyes, and sometimes healthy food gets the short end of the stick when we talk about how food looks. I’m a chef—I think about this stuff no matter what I’m eating. You can still be careful with this kind of food, garnish it, and make it look pretty.

I don’t follow a specific diet, but now I feel my best when I’m eating mostly plant-based foods with some whole grains and protein. I’ve experimented with cutting carbs, but, though it might work for weight loss, I’ve decided that instead of focusing on how skinny I am, I want to focus on how good I feel. I try to eat three meals a day, keep my portions in check, and make sure they’re balanced with a lot of colors and a little meat.

Weekends might be a little more indulgent, but I try to limit my big eating and drinking nights to two days a week and keep the other days pretty clean. Part of that means eating a balanced breakfast, going to the gym, and trying not to eat after about 8 p.m. I’ve been eating in a lot more than normal, which makes me feel a little out of the loop with the restaurant scene, but ultimately I just feel healthier when I’m cooking at home.

I have always had a sort of Zen-like approach to ingredients—when I see all this beautiful produce at the farmers market with these vibrant colors and textures and flavors, I feel this wild appreciation for nature, and I don’t want to cover that up. I just want to let it be itself. I went to Japan last year and loved the simple, elegant way they start their day, with ingredients that just feel clean, like fish and rice. I thought, at first, that making a Japanese-inspired breakfast bowl at home would be too much work, but then I realized I could use pre-smoked fish, so now all I have to do is cook a little rice, poach an egg, and add this vinaigrette I keep in the fridge. The vegetables are all totally interchangeable depending on what you have, so feel free to get creative.


How One Chef Broke Her Late-Night Eating Habits

Chef Naomi Pomeroy may be known for her upscale French restaurant, Beast, in Portland, Oregon, but her everyday eating habits veer more toward fresh greens than housemade charcuterie. Here, the chef and author of the new cookbook Taste & Technique talks about how she came to adopt a healthyish philosophy in her home kitchen.

“I grew up eating really healthy food. My mom made a salad with every meal, and we didn’t have refined sugar or white bread in the house. I was actually a vegetarian when I started getting into food in college, and most of the cookbooks I learned from veered toward health food—stuff like the Moosewood Cookbook and Deborah Madison’s Vegetarian Cooking for Everyone. I’ve always been obsessed with produce. In fact, I didn’t even eat meat until I started a catering company and had to taste it so I could cook it right.

When Beast opened, I was always too busy to eat a real meal. A lot of my eating happened when the restaurant was closed, after-hours and in bars, so there were a lot of tater tots and mini corn dogs with Ranch dressing around. I’d eat poutine at 2 a.m. and wash it down with bourbon. I felt like I could eat whatever, whenever, and it had no real effect on my body. I never got hangovers, and I didn’t gain weight.

But, after a few years, I began to feel not so hot when I had nights like that. I think it’s pretty normal—over time, your metabolism changes, and you’re not as resilient as you used to be. I know I sound like an old lady, but it just happens. You might not be able to control the process of aging, but you can control what you’re putting in your system and the effect it has on your wellbeing.

Naomi Pomeroy is known for meat-centric cooking at her restaurant, Beast.

About two years ago, I started an Instagram account called @othersideofthesword, partially to track myself and partially because I thought that people might be surprised or inspired by the way I was eating in private. Eating healthy can sometimes feel unfulfilling. But I wanted to show people that you can make healthy food that’s still really flavorful, satisfying, and beautiful. We all eat with our eyes, and sometimes healthy food gets the short end of the stick when we talk about how food looks. I’m a chef—I think about this stuff no matter what I’m eating. You can still be careful with this kind of food, garnish it, and make it look pretty.

I don’t follow a specific diet, but now I feel my best when I’m eating mostly plant-based foods with some whole grains and protein. I’ve experimented with cutting carbs, but, though it might work for weight loss, I’ve decided that instead of focusing on how skinny I am, I want to focus on how good I feel. I try to eat three meals a day, keep my portions in check, and make sure they’re balanced with a lot of colors and a little meat.

Weekends might be a little more indulgent, but I try to limit my big eating and drinking nights to two days a week and keep the other days pretty clean. Part of that means eating a balanced breakfast, going to the gym, and trying not to eat after about 8 p.m. I’ve been eating in a lot more than normal, which makes me feel a little out of the loop with the restaurant scene, but ultimately I just feel healthier when I’m cooking at home.

I have always had a sort of Zen-like approach to ingredients—when I see all this beautiful produce at the farmers market with these vibrant colors and textures and flavors, I feel this wild appreciation for nature, and I don’t want to cover that up. I just want to let it be itself. I went to Japan last year and loved the simple, elegant way they start their day, with ingredients that just feel clean, like fish and rice. I thought, at first, that making a Japanese-inspired breakfast bowl at home would be too much work, but then I realized I could use pre-smoked fish, so now all I have to do is cook a little rice, poach an egg, and add this vinaigrette I keep in the fridge. The vegetables are all totally interchangeable depending on what you have, so feel free to get creative.


How One Chef Broke Her Late-Night Eating Habits

Chef Naomi Pomeroy may be known for her upscale French restaurant, Beast, in Portland, Oregon, but her everyday eating habits veer more toward fresh greens than housemade charcuterie. Here, the chef and author of the new cookbook Taste & Technique talks about how she came to adopt a healthyish philosophy in her home kitchen.

“I grew up eating really healthy food. My mom made a salad with every meal, and we didn’t have refined sugar or white bread in the house. I was actually a vegetarian when I started getting into food in college, and most of the cookbooks I learned from veered toward health food—stuff like the Moosewood Cookbook and Deborah Madison’s Vegetarian Cooking for Everyone. I’ve always been obsessed with produce. In fact, I didn’t even eat meat until I started a catering company and had to taste it so I could cook it right.

When Beast opened, I was always too busy to eat a real meal. A lot of my eating happened when the restaurant was closed, after-hours and in bars, so there were a lot of tater tots and mini corn dogs with Ranch dressing around. I’d eat poutine at 2 a.m. and wash it down with bourbon. I felt like I could eat whatever, whenever, and it had no real effect on my body. I never got hangovers, and I didn’t gain weight.

But, after a few years, I began to feel not so hot when I had nights like that. I think it’s pretty normal—over time, your metabolism changes, and you’re not as resilient as you used to be. I know I sound like an old lady, but it just happens. You might not be able to control the process of aging, but you can control what you’re putting in your system and the effect it has on your wellbeing.

Naomi Pomeroy is known for meat-centric cooking at her restaurant, Beast.

About two years ago, I started an Instagram account called @othersideofthesword, partially to track myself and partially because I thought that people might be surprised or inspired by the way I was eating in private. Eating healthy can sometimes feel unfulfilling. But I wanted to show people that you can make healthy food that’s still really flavorful, satisfying, and beautiful. We all eat with our eyes, and sometimes healthy food gets the short end of the stick when we talk about how food looks. I’m a chef—I think about this stuff no matter what I’m eating. You can still be careful with this kind of food, garnish it, and make it look pretty.

I don’t follow a specific diet, but now I feel my best when I’m eating mostly plant-based foods with some whole grains and protein. I’ve experimented with cutting carbs, but, though it might work for weight loss, I’ve decided that instead of focusing on how skinny I am, I want to focus on how good I feel. I try to eat three meals a day, keep my portions in check, and make sure they’re balanced with a lot of colors and a little meat.

Weekends might be a little more indulgent, but I try to limit my big eating and drinking nights to two days a week and keep the other days pretty clean. Part of that means eating a balanced breakfast, going to the gym, and trying not to eat after about 8 p.m. I’ve been eating in a lot more than normal, which makes me feel a little out of the loop with the restaurant scene, but ultimately I just feel healthier when I’m cooking at home.

I have always had a sort of Zen-like approach to ingredients—when I see all this beautiful produce at the farmers market with these vibrant colors and textures and flavors, I feel this wild appreciation for nature, and I don’t want to cover that up. I just want to let it be itself. I went to Japan last year and loved the simple, elegant way they start their day, with ingredients that just feel clean, like fish and rice. I thought, at first, that making a Japanese-inspired breakfast bowl at home would be too much work, but then I realized I could use pre-smoked fish, so now all I have to do is cook a little rice, poach an egg, and add this vinaigrette I keep in the fridge. The vegetables are all totally interchangeable depending on what you have, so feel free to get creative.


How One Chef Broke Her Late-Night Eating Habits

Chef Naomi Pomeroy may be known for her upscale French restaurant, Beast, in Portland, Oregon, but her everyday eating habits veer more toward fresh greens than housemade charcuterie. Here, the chef and author of the new cookbook Taste & Technique talks about how she came to adopt a healthyish philosophy in her home kitchen.

“I grew up eating really healthy food. My mom made a salad with every meal, and we didn’t have refined sugar or white bread in the house. I was actually a vegetarian when I started getting into food in college, and most of the cookbooks I learned from veered toward health food—stuff like the Moosewood Cookbook and Deborah Madison’s Vegetarian Cooking for Everyone. I’ve always been obsessed with produce. In fact, I didn’t even eat meat until I started a catering company and had to taste it so I could cook it right.

When Beast opened, I was always too busy to eat a real meal. A lot of my eating happened when the restaurant was closed, after-hours and in bars, so there were a lot of tater tots and mini corn dogs with Ranch dressing around. I’d eat poutine at 2 a.m. and wash it down with bourbon. I felt like I could eat whatever, whenever, and it had no real effect on my body. I never got hangovers, and I didn’t gain weight.

But, after a few years, I began to feel not so hot when I had nights like that. I think it’s pretty normal—over time, your metabolism changes, and you’re not as resilient as you used to be. I know I sound like an old lady, but it just happens. You might not be able to control the process of aging, but you can control what you’re putting in your system and the effect it has on your wellbeing.

Naomi Pomeroy is known for meat-centric cooking at her restaurant, Beast.

About two years ago, I started an Instagram account called @othersideofthesword, partially to track myself and partially because I thought that people might be surprised or inspired by the way I was eating in private. Eating healthy can sometimes feel unfulfilling. But I wanted to show people that you can make healthy food that’s still really flavorful, satisfying, and beautiful. We all eat with our eyes, and sometimes healthy food gets the short end of the stick when we talk about how food looks. I’m a chef—I think about this stuff no matter what I’m eating. You can still be careful with this kind of food, garnish it, and make it look pretty.

I don’t follow a specific diet, but now I feel my best when I’m eating mostly plant-based foods with some whole grains and protein. I’ve experimented with cutting carbs, but, though it might work for weight loss, I’ve decided that instead of focusing on how skinny I am, I want to focus on how good I feel. I try to eat three meals a day, keep my portions in check, and make sure they’re balanced with a lot of colors and a little meat.

Weekends might be a little more indulgent, but I try to limit my big eating and drinking nights to two days a week and keep the other days pretty clean. Part of that means eating a balanced breakfast, going to the gym, and trying not to eat after about 8 p.m. I’ve been eating in a lot more than normal, which makes me feel a little out of the loop with the restaurant scene, but ultimately I just feel healthier when I’m cooking at home.

I have always had a sort of Zen-like approach to ingredients—when I see all this beautiful produce at the farmers market with these vibrant colors and textures and flavors, I feel this wild appreciation for nature, and I don’t want to cover that up. I just want to let it be itself. I went to Japan last year and loved the simple, elegant way they start their day, with ingredients that just feel clean, like fish and rice. I thought, at first, that making a Japanese-inspired breakfast bowl at home would be too much work, but then I realized I could use pre-smoked fish, so now all I have to do is cook a little rice, poach an egg, and add this vinaigrette I keep in the fridge. The vegetables are all totally interchangeable depending on what you have, so feel free to get creative.


Voir la vidéo: Kokin ammatin opiskelua Kainuun ammattiopistossa


Commentaires:

  1. Cris

    Bien sûr, il n'est jamais possible d'être en sécurité.

  2. Brasar

    Je félicite, on vous a visité une idée remarquable

  3. Eadgard

    Tout à fait juste! I think, what is it good thought. And it has a right to a life.



Écrire un message